Question piège sil’on est à laquelle il est convenu de répondre que le mot« découvrir » est inacceptable puisqu’européocentriste. Des humainsn’y vivaient-ils pas depuis quelques dizaines de milliers d’années ?

On parle doncmaintenant de la « rencontre de deux mondes » et c’est sous cetteappellation qu’a été célébré le cinq centième anniversaire du premier voyagetransatlantique de Christophe Colomb. Non sans casse d’ailleurs (cf. la réponsedes zapatistes du Mexique par exemple) car le lien entre cette« rencontre » et les conquêtes qui ont suivi est bien ténu.

Mais on en resteà l’histoire de l’occident au sens traditionnel du terme.

L’incompréhensible précision des portulans

Il est de plus enplus vraisemblable que les Amériques aient été « découvertes » commeextrême orient par la flotte de l’amiral chinois Zeng He, entre 1405 et 1418 (ainsique l’Australie et l’Antartique). Près d’un siècle avant le voyage du génoiscommandité par la reine d’Aragon et de Castille.

Plusieurs indicesvont dans ce sens à commencer par l’existence de cartes (ou portulans)contenant dès avant 1492 des précisions surprenantes sur le continent. Lesportugais en avaient quelques unes et Colomb lui-même… Quién sabe ? Ellesvenaient peut-être de Chine.

Un livre sorti en2003 sous le titre “1421: The Year China Discovered the World” au terme d’uneenquête personnelle menée par son auteur Gavin Menzies apportait déjà beaucoupd’eau à ce moulin là.

Mais l’élémentnouveau est la découverte d’une carte (voir illustration) qui doit êtredévoilée le 16 janvier à Pékin et le 17 à Greenwich. Trouvée en 2001 par unavocat chinois dans une boutique de Shanghai elle offre une vision du monderelativement précise.

Questions subsidiaires

La discussion nefait que prendre son envol dans la mesure où il s’agit officiellement d’unecopie réalisée en 1763 d’une carte hypothétique de 1408. Toute authentificationne peut donc que porter sur la copie. Mais les informations qui y sontrapportées semblent, aux yeux de certains spécialistes du moins, correspondre àla connaissance que les géographes chinois pouvaient avoir du monde au début du15ème siècle.

Imaginons quel’hypothèse se confirme, que le doute s’installe légitimement. Il faudra sansdoute attendre longtemps avant que nos livres d’histoire ne soient mis à jour.

Mais songez uninstant à cette Chine en pleine croissance, dont certains pensent qu’ellepourrait retrouver bientôt sa place de première puissance mondiale. Elle auraitainsi des éléments pour réécrire un chapitre essentiel de l’histoire du monde.

Il resteratoujours deux questions. Pourquoi le développement du continent a-t-il été menépar les Européens ? La conquête et les destructions qui l’ont accompagnéeétait-elle le seul moyen ?

Qu’endites-vous ?

PS – Pour ceuxque le sujet intéresse il y a un très bon article dans The Economist de cettesemaine (dont je me suis inspiré et d’où j’ai tiré l’image de la carte) : China beat Columbus to it, perhaps. Mais il faut avoir un abonnement payant.

Voir aussi cet articlepublié par The Age, d’Australie.

J’enquête, je suis et j’analyse les technologies de l’information et de la communication depuis la préhistoire (1994). Piqué par la curiosité et l’envie de comprendre ce que je sentais important,...