Une desdimensions fascinantes de la rivalité entre Google et Yahoo est qu’elle reposesur deux approches radicalement différentes de l’informatique. Google paried’abord sur les machines (elles choisissent et présentent les nouvelles du jourdans Google News, par exemple). « Nous nous en tenons à la formuleoriginale de Yahoo qui consiste à faire travailler ensemble machines et humains, »m’a déclaré Bradley Horowitz responsable des développements technologiques du grouperecherche et marchés de la société fondée il y a 12 ans par Jerry Yang et David Filo.

« L’avenirest aux médias sociaux et dans cinq ans, tout sera mobile, » préciseHorowitz dans les locaux du laboratoire récemment installé par Yahoo à deux pasde l’Université de Berkeley.

Un bon exemple dece que cette équipe essaye de faire nous est donné par Checkmate qui permet desavoir où sont nos amis et de les retrouver quand ils sont à proximité.

Développé sous ladirection de Mor Naaman, le prototype repose sur la »géolocalisation. » Des étiquettes géographiques ou »ZoneTags » sont générées automatiquement par l’identification de lalatitude et la longitude des antennes relais utilisées par les téléphonesportables. Il suffit ensuite d’apposer une icone sur une carte situantl’endroit où on se trouve. La carte est ensuite envoyée à Flickr.com (leservice de photos online racheté par Yahoo) et peut être lue par parents, amis et relations.

Tout ceci marcheavec les cartes Yahoo dont la précision s’étend au pâté de maison. Mais après,dans une exposition par exemple? Rien de plus simple répond Horowitz. « ilsuffit de faire un croquis du lieu sur un morceau de papier, d’en prendre laphoto avec son portable et de la mettre sur Flickr pour que les copainspuissent vous retrouver. »

D’une façon plusgénérale explique Naaman, on peut grâce à Flickr envoyer en deux clics lesphotos que l’on prend avec son téléphone aux gens que l’on veut. Pour faciliterla distribution un logiciel suggère des tags de classification.

« La location localisation est très importante pour classer des photos » estime Naaman. « Lesappareils de photos intégrés savent où ils se trouvent. » Le lieu etl’heure permettent souvent de prévoir de qui il s’agit et à qui on veutl’envoyer.

Il est peu vraisemblablequ’une photo prise sur mon lieu de travail à une heure de bureau soit une photode ma mère ou que je veuille la lui envoyer ». De plus beaucoup de gensprennent des photos au même endroit. Si le système détermine que l’appareil setrouve à la longitude et latitude du Golden Gate Bridge, il lui est facile desuggérer le titre (tag) de la photo, le fait qu’il s’agit de vacances et mêmeles gens à qui on peut avoir envie de l’envoyer.

« Il s’agittout simplement de suggérer des associations. Ça gagne du temps parce qu’il estdifficile d’écrire sur un portable » reprend Horowitz.

Je continuerai demain avec quelques éléments sur la stratégie de Yahoo en matière de développement de son moteur de recherche.

[La seconde image est prise sur le blog de Chad Dickerson qui explique le processus en détail]

J’enquête, je suis et j’analyse les technologies de l’information et de la communication depuis la préhistoire (1994). Piqué par la curiosité et l’envie de comprendre ce que je sentais important,...